L'avenir de
l'agriculture est
aussi vertical

Sujets et thèmes abordés : Agriculture + Développement durable + Expertise industrielle + Innovation + Maillage entreprises + Ressources humaines + Transition écologique + Ventes

Innove Inc. 29 – Croissance verticale

Innovation, Développement durable, Innove inc., Maillage entreprises, Ressources humaines

  
Note : Connexion Laurentides n’est en aucun cas responsable des affirmations émises par les invité.e.s. Veuillez noter que cet épisode a subi quelques coupures au montage de manière à fournir un résumé captivant.

À travers la trentaine d’épisodes d’Innove Inc, on retrouve une constante : la volonté de vouloir repousser le statu quo – souvent motivé par le besoin de résoudre un problème. Dans celui-ci, on parle de plusieurs problèmes, que ce soient les enjeux des changements climatiques, l’autonomie alimentaire, la relève agricole ou la pénurie de main-d’œuvre!

 

Vous le savez un peu, mais on vous le confirme dans Innove Inc. 29 – Croissance verticale : l’avenir de l’agriculture est aussi vertical! L’agriculture verticale offre vraiment plusieurs avantages, entre autres au niveau de l’impact environnemental et de l’augmentation de la productivité. Vincent Paradis, Directeur Développement des Affaires de HRVST Limited et Franck Boulbès, Commissaire à l’innovation de CEI MTL, nous en apprennent énormément sur les technologies qui peuvent optimiser nos récoltes et l’extrême précision qu’elles nous fournissent.

 

🎧 Une écoute qui «cultive» notre envie d’innover!

Présentation de nos invités

Vincent Paradis, Directeur Développement des Affaires de HRVST Limited

Vincent Paradis se joint à l’équipe de HRVST Limited en 2021.  Diplômé de la Polytechnique Montréal en Génie mécanique et d’une maîtrise en gestion de l’Université de Sherbrooke, il a mené une carrière de 19 ans en gestion d’opérations pharmaceutiques. Aujourd’hui, son expertise lui permet de contribuer à l’expansion de HRVST qui en est à sa phase de lancement de solutions commerciales à grande échelle.

LinkedIn

 

HRVST Limited conçoit, fabrique, distribue et entretient des systèmes d’agriculture verticale hypercontrôlés pouvant accueillir et optimiser indépendamment différents types de cultures simultanément.

Franck Boulbès, Commissaire à l’innovation de CEI MTL

Titulaire d’une maîtrise en administration des affaires en Nouvelles Technologies de l’IAE en France, M. Boulbès est diplômé en Génie électrique et en Informatique industrielle. Il est le fondateur d’une jeune pousse dans le secteur vinicole, Première IoT (internet des objets). Nommé Entrepreneur Émergent au C2 Montréal par la fondation Bronfman, il possède des brevets dans plusieurs pays et reste animé par l’entrepreneuriat et le développement durable.  Franck Boulbès est maintenant commissaire à l’innovation au Centre d’expertise industrielle de Montréal (CEI MTL) où l’on accompagne les entreprises manufacturières à réussir leur transformation numérique et projets industriels.

LinkedIn

CEI MTL, mandaté par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI) et propulsé par Excellence industrielle Saint-Laurent, accompagne avec neutralité les entreprises manufacturières du Québec afin d’accroître leur productivité et leur performance au travers de leur transformation numérique et projets industriels.

Inspirations de nos invités

Vincent Paradis, Directeur Développement des Affaires, HRVST Limited

 

Franck Boulbès, Commissaire à l’innovation, CEI MTL

  • Pour les amateurs d’innovation qui se questionnent sur les brevets, c’est important de s’informer sur la propriété intellectuelle : USPTO

 

 

Extraits de l'épisode Innove Inc. 29 - Croissance verticale

1. Qu’est-ce que l’innovation pour vous?

Vincent Paradis :On pense souvent que l’innovation est quelque chose de super techno et de vraiment avancé en électronique ou numérique. Mais pour moi, c’est vraiment d’apporter une amélioration à ce qui était auparavant à la base de référence. Ça peut s’appliquer à tous les domaines, que ce soit le marketing, le développement de produit et comment on fait des tâches différemment dans le quotidien, autant au travail qu’à la maison. Dès que tu innoves, tu acceptes de dire que le statu quo n’était pas optimal et qu’il y a toujours moyen de faire mieux. 

 

Carmen G. Sanchez : Donc l’innovation pour toi, c’est de refuser le statu quo. J’aime ça! Et puis de votre côté, Frank? 

 

Franck Boulbès : Oui, bien effectivement, je pense que Vincent a déjà bien mis la table. Ce que j’ajouterais peut-être aussi, c’est que pour moi, l’innovation, elle doit être aussi stimulée par la résolution d’un problème. On est souvent confronté à une problématique. Tout peut recevoir une goutte d’innovation. Mais effectivement un on refuse le statu quo et on considère qu’il y a un problème qui n’était pas soluble avant qu’on se doive de résoudre ce problème. Prenons par exemple les enjeux des changements climatiques, et bien on est confronté à de nouveaux problèmes sur lesquels il va falloir trouver de nouvelles solutions. Donc si on n’a pas de barrières, d’incertitudes ou d’enjeux, ça me paraît difficile d’innover.

2. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste exactement l'agriculture verticale?

Vincent Paradis : Oui, bien sûr. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est vraiment de l’agriculture sur des tablettes qui sont montées verticalement dans plusieurs tablettes, les unes par-dessus les autres. Il y a plusieurs types de systèmes qui existent sur le marché. C’est de plus en plus commercialisé à travers le monde. Je sais que cela a commencé au début des années 2010 à vraiment prendre de l’ampleur. Il y a l’aéroponie, donc des plantes qui poussent à l’air libre. L’hydroponie, donc les plantes poussant dans l’eau. Et il y a toutes sortes de variantes entre les deux. 

 

Chez HRVST, on est vraiment dans une classe à part, puisque chaque tablette est l’équivalent d’une mini serre. Faire pousser une fleur, c’est complètement différent que de faire pousser une laitue ou une micropousse, et on peut en faire pousser simultanément sur chaque tablette. Donc nous on a appelé ça le concept d’hyper contrôle et cela nous permet de dire que chaque rangée permet un contrôle d’au-delà de 25 paramètres en temps réel, à tout moment. En plus, il y a des recettes prédéfinies qui vont contrôler d’avance la croissance, tels des paramètres d’éclairage, d’irrigation et de ventilation, parce que chaque cultivar à des besoins différents au fur et à mesure qu’ils vont grandir.

 

Carmen G. Sanchez : Et en ce qui a trait à la place de l’agriculture verticale au Québec et au Canada, on s’en est déjà parlé par le passé, on a encore des croûtes à manger comme on dit..

 

Vincent Paradis : Oui, tout à fait! L’agriculture verticale n’est pas là pour compétitionner avec le reste. Il y a de la place pour les trois types d’agriculture (traditionnel, en serre et intérieur) pour contrer les effets des saisons (par exemple, faire pousser des poivrons l’hiver est plus onéreux). L’agriculture intérieure peut venir complémenter la traditionnelle, soit pour aider les producteurs existants à démarrer leur saison plus tôt, soit pour les endroits qui sont éloignés des centres urbains.

3. Quel rôle avez-vous joué chez CEI MTL afin de soutenir HRVST dans l'élaboration du Mini Harvest et comment cela s'insère-t-il dans leur stratégie manufacturière?

Franck Boulbès : Je considère que l’ensemble des outils technologiques et numériques disponibles aujourd’hui doivent faire partie vraiment intégrante d’une stratégie de croissance et a fortiori dans le cadre HRVST dans une stratégie d’innovation. On a souvent l’impression que l’innovation c’est quelque chose qui se fait en laboratoire, en milieu fermé, mais comme le disait Vincent, cela peut être de l’innovation de procédés, de l’innovation de services, de l’innovation de produit… Et de façon générale, ces innovations vont faire appel à des outils technologiques. 

 

Donc le premier conseil, c’est vraiment d’arrimer la stratégie d’innovation avec un bon plan numérique qui supportera le tout. Dans le cas d’HRVST, on a essayé vraiment de donner des indices et des pistes de réflexion à l’équipe pour vraiment les orienter à profiter du plein potentiel que peuvent offrir les innovations technologiques pour supporter leur propre innovation.

4. HRVST peut-il aussi jouer un rôle important dans un contexte de rareté de main-d'œuvre au niveau de l'automatisation?

Vincent Paradis :  Oui, beaucoup! (…) Il y a une économie de temps incroyable, par exemple avec les plateaux flottants qu’on insère au bout des rangées qui se remplissent automatiquement, même chose au temps des récoltes. L’automatisation des recettes nécessite aussi moins de surveillance et il n’y a pas de problème de saisonnalité; pas besoin de tout condenser en une ou deux saisons. Aussi, l’environnement est agréable! Personne n’aime travailler à 40 degrés sur un toit.  Pour les producteurs, il y a donc énormément d’avantages au niveau de la main-d’œuvre, tant au niveau de la quantité dont on a besoin, mais aussi pour la stabilité — ce n’est plus saisonnier — et même au niveau de l’engagement des gens. 

Share This